• 96, rue Icare - 34130 MAUGUIO
  • 04 99 13 35 05
    • 04 MAI 16

    LE DIABLE SE CACHE TOUJOURS DANS LES DÉTAILS ! ET QUELS DÉTAILS ? LES SOINS COMPLEXES DORÉNAVANT UNIQUEMENT A L’HAD !

    Convergence infirmière  consulté par le Comité économique des produits de santé – Section Dispositifs médicaux  s’insurge et conteste tout autant le fond que la forme d’un texte (que vous pourrez consulter en bas de cet article) soumis par le comité économique des produits de santé, pour approbation  en fin de semaine dernière.

    Tout d’abord la forme,

    Convergence Infirmière ne peut que s’offusquer de ne pas avoir été consulté en amont de la rédaction d’un tel texte.

    Cette méthode porte les stigmates de notre chère ministre, occultant la concertation, l’échange et les propositions.

     Et ensuite le fond:

    Après lecture, nous déplorons  dans ce texte, et principalement dans l’annexe en écriture minuscule,  autant dire un détail voulant  passer inaperçu.

    Jugez plutôt :

    « Destinataires et/ou objets :  Le formulaire de prescription de la perfusion à domicile (ville ou hospitalisation à domicile (HAD)) est à éditer en un certain nombre d’exemplaires selon qu’il concerne une prestation réalisée « en ville » ou par l’HAD (un patient qui nécessite des soins complexes et multidisciplinaires relève exclusivement de l’HAD). »

    Est- il nécessaire de rappeler que les infirmières travaillent en large autonomie depuis toujours avec compétence et sens des responsabilités?

    Premières actrices de terrain dans le domaine du soin technique, les infirmières font depuis toujours des soins dits « lourds et complexes », allant jusqu’à du soin palliatif. Pleine de dévotion pour la prise en charge des patients, elles sont loin d’avoir attendues le déploiement de structures types HAD qui au demeurant ne fonctionnent jamais aussi bien qu’avec des infirmières libérales elles même.

    Pourquoi noter cette exclusion?

    Serait-ce une astuce pour imposer l’HAD qui ne remplit pas ses objectifs de déploiement?

    Un petit coup de pouce en douce?

    Nous ne pouvons accepter cette phrase lourde de conséquence et nous demandons  expressément au comité économique des produits de santé de la retirer car elle pourrait déstabiliser de façon irrémédiable la qualité des soins qui font de notre système de santé une exception Française exceptionnelle.

    Convergence Infirmière s’ oppose fermement, à l’exclusion des infirmières libérales des prises en charge « lourdes et complexes » et s’appuiera sur l’ensemble des professionnelles s’il le faut ainsi que sur le corps médical, soucieux de la bonne prise en charge des patients en ville.

    Citoyens que nous sommes, nous dénonçons l’éviction des infirmières libérales pour une formule « tout structure » beaucoup plus chère pour la collectivité.

    Garant de la qualité des soins, les infirmières libérales ont non seulement les compétences pour ces soins, mais elles le font depuis toujours. Elles sont et doivent rester le pilier du soin technique dans l’ambulatoire. Leur expérience du terrain et leur professionnalisme doit continuer à maintenir notre médecine de ville au plus haut sur une échelle de compétence.

    Très déterminé sur ce point essentiel, Convergence Infirmière n’entend pas laisser le « premier hôpital de France » en terme de prise en charge, se faire démanteler coûte que coûte pour un tout structure loin d’être aussi efficient, mais beaucoup plus coûteux.